dimanche 17 juin 2012

Un hiver avec Baudelaire - Harold Cobert




Sa femme l'a mis dehors, son CDD n'est pas prolongé. Philippe est happé dans la spirale infernale et passe de l'autre côté de la barrière sociale: SDF, confronté à la dure loi de la rue, faite de solitude, de honte et de violence.
Jusqu'au jour où il rencontre Baudelaire. Grâce à cet inénarrable compagnon d'infortune, et avec l'aide d'un vendeur de kebab, d'une riche veuve et d'une dame pipi, il réussi à remonter la pente. Et à retourner à une vie normale.
Plongée sans fard dans le quotidien des plus démunis, Un hiver avec Baudelaire, en mêlant romanesque et vérité sociale, poésie et âpreté, rappelle cet équilibre précaire qui régit nos vies.

Editions Le Livre de Poche

Publié en 2011 
278 pages

A propos de l'auteur : ici 



Un jeune auteur que je désirais depuis longtemps découvrir aprés avoir entendu chanter ses louanges par mes amies "potinettes".
J"ai choisi ce roman en raison de sa 4 ème de couverture qui promettait une histoire émouvante et qui, a tenu toutes ses promesses.
En effet nous suivons les aventures, ou plus les mésaventures, de Philippe qui perd successivement sa femme (elle le met à la porte), le droit de voir son enfant, son travail et son logement. De déchéances en coups du sort il se retrouve à vivre dans la rue et c'est le point de départ à une nouvelle vie à laquelle il ne s'attendait pas. La violence, la faim, le froid, la crasse  deviennent son lot quotidien mais aussi l'amitié, le soutien auxquels il ne s'attendait plus. Et surtout Baudelaire qui lui donnera la force de remonter la pente.
L'écriture d'Harold Cobert est vraiment agréable, très fluide, on suit avec grand plaisir le déroulement de son histoire.
L'émotion est omniprésente dans cette histoire et est fort bien retranscrite. On est vraiment ému par la descente aux enfers de Philippe car on sait que ce genre de situation peut arriver à chacun d'entre nous , il suffit d'un enchaînement de situations d’échec pour se retrouver SDF et bientôt clochard.
J'ai eu bien souvent la gorge serrée et les larmes aux yeux en lisant la vie de cet homme que rien ne prédestinait à se retrouver dans la rue. Heureusement les situations dramatiques sont allégées par la rencontre de Philippe avec des personnages hauts en couleur et en amitié. On est ému également par cette chaleur, par cette solidarité de certains avec Philippe.
J'ai détesté le personnage de sa femme, comment peut-on se conduire ainsi quand on a aimé une personne , qu'on a un enfant avec celle ci.. on devrait passer au dessus des ressentiments et permettre à son enfant de continuer à s'épanouir en côtoyant ses deux parents même si ceux ci ne vivent plus ensemble. Mais malheureusement ce type de personnage est une réalité.. nous ne sommes pas dans la fiction.
En lisant ce roman je pensais au film de Gerard Jugnot "une époque formidable" qui sous le couvert de la comédie traitait également de la descente aux enfers d'un type que rien ne prédisposait à cette déchéance. Et d'une même façon l'émotion était au rendez vous.
Pour conclure, un auteur à suivre sans faute car j'ai beaucoup aimé sa sensibilité et son écriture.







2 commentaires:

  1. Oui, moi aussi, ce livre m'avait émue. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est effectivement un roman plutôt émouvant..

      Supprimer