mardi 25 octobre 2016

Petit pays - Gaël Faye





En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire. Gabriel voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l’envahit, l’imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français…

Editions Grasset
 224 pages 
Publié le  24 Août 2016
A propos de l'auteur : ici


On dit souvent que tout commence par des chansons alors commençons par celle-ci. L'immense chanteuse Césaria Evora interprétant cette chanson "petit pays". J’ai trouvé une traduction des paroles et je trouve qu'elle résonne parfaitement en adéquation avec ce roman.



Petit Pays

Là haut dans le ciel tu es une étoile
Qui ne brille pas
Ici dans la mer tu es du sable
Qui ne mouille pas
Éparpillée de par le monde
Roche et mer

Terre pauvre remplie d'amour
Avec la morna et la coladera
Terre douce pleine d'amour
Avec le batuque et le funana

Tant de nostalgie
Nostalgie nostalgie
Tant de nostalgie
Nostalgie sans fin

Petit pays je t'aime beaucoup
Petit pays je t'aime beaucoup

{Traduction fournie par lady-writer23}

Petit pays retrace l'histoire d'une enfance brisée par la guerre.
Gabriel est un enfant heureux dans un Burundi  qui n'est pas encore en guerre. Avec ses amis il vit la vie d'un enfant de 10 ans entre amitiés et bêtises mais rien de grave.
Un bonheur qui sera très vite détruit par cette guerre ethnique avec à la clé une fuite et un exil vers la France.
Dans ce roman "autobiographique" on ressent totalement la dégradation de la situation au Burundi.
 On part tranquillement d'une enfance simple et ordinaire, Gabriel vit la vie d'un enfant de 10 ans insouciant, joueur, faisant les 400 coups avec ses amis. Fils d'une rwandaise et d'un français il grandit entre 2 cultures, dans une atmosphère souvent difficile liée à la mésentente entre ses parents.
Malgré cette enfance somme toute joyeuse et festive, on sent poindre la peur et l'angoisse. Cette sensation se renforce tout au long du roman au fur et à mesure que la situation au Rwanda dégénère, que le génocide des Tutsis se met en place et que la guerre civile éclate au Burundi.
En fait ce roman qui commence tranquillement laisse place petit à petit à une sensation de malaise, d'angoisse. On sent poindre le drame,  la mort et la folie au fur et à mesure que les pages se tournent.
Ecriture ciselée et accrocheuse, à la fois poétique et ancrée dans la réalité.
Ce roman a reçu le prix de la FNAC et est en lice pour bien d'autres prix (dont le Goncourt), je pense qu'il mérite largement ce premier prix et je lui en souhaite bien d'autres.

Merci aux Editions Grasset, à la librairie Chapitre et aux matchs littéraires de Priceminister.

 #MRL16  #PriceMinister


Et si tout commence en chansons, on peut aussi finir par celle-ci en écoutant Gaël Faye nous interpréter Petit Pays



dimanche 23 octobre 2016

Je l'ai fait pour toi - Laurent Scalese




Bienvenue à Lazillac-sur-Mer, dans l'univers du commandant Samuel Moss dont les armes sont le charme, la séduction et l'art du détail : rien ne lui échappe, que ce soit sur une scène de 
crime ou au quotidien. 
Cette histoire débute quand la romancière à succès Jade Grivier est retrouvée morte chez elle, dans son bureau, suicidée. Après avoir inspecté les lieux, à sa façon, Samuel Moss conclut qu'il 
ne s'agit pas d'un suicide mais d'un homicide, dont il identifie immédiatement le coupable. Le plus compliqué, maintenant, pour Samuel Moss, est de comprendre comment le meurtrier a procédé et de prouver sa culpabilité, avec élégance bien sûr, et surtout sans salir ses nouvelles chaussures sur la plage de Lazillac...

Editions Belfond
349 pages 
Publié le 22 Septembre 2016
A propos de l'auteur : ici



Un nouveau flic vient de faire son apparition et quel policier.... Totalement atypique, névrosé ; souffrant de maniaquerie, de tics et de TOCS mais absolument brillant voici Samuel Moss.
Jade Grivier auteur à succès et éditrice est retrouvée morte chez elle par sa belle-fille, tout porte à croire qu'elle s'est suicidée.
Samuel Moss intervient sur le lieu de la mort et détecte des indices qui lui font penser qu'un crime a été commis... un crime parfait?

Aidé par sa nouvelle coéquipière Cheyenne il va tout mettre en œuvre pour résoudre ce qui pour lui n'est pas un suicide mais un meurtre déguisé.
De confrontations en détails, il va tout tenter pour débusquer le meurtrier de Jade Grivier.
Toute l'originalité de ce roman réside dans l'enquête et dans le personnage de Samuel.

Charmeur, séducteur il ne laisse rien au hasard et avec un sens du détail incroyable il débusque le moindre petit travers qui peut l'orienter dans son enquête.
Personnage charismatique Samuel Moss n'en est pas moins un être humain  confronté à ses phobies qui si elles s'avèrent drôles certaines fois, on quand même le don d'exaspérer. Qui voudrait être confronté à une personne qui crise si un livre dépasse dans la bibliothèque par exemple...

Ecriture nickel, ciselée et fluide, on se laisse vraiment porté par cette enquête et on se demande vraiment comment Samuel et Cheyenne vont réussir à découvrir la vérité et a confronter l'assassin, si assassin il y a.


J'ai été vraiment conquise par cet opus et j'espère vraiment retrouver ces personnages dans de nouvelles enquêtes car entre humour et originalité, on ne peut qu'applaudir et en redemander.

Merci aux Editions Belfond pour cette superbe lecture.





Harry Potter et l'enfant maudit - J.K. Rowling, Jack Thorne et John Tiffany



Etre Harry Potter n'a jamais été facile et ne l'est pas davantage depuis qu'il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d'un héritage familial dont il n'a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Editions Gallimard (Jeunesse)
360 pages 
Sortie : 14 Octobre 2016
A propos des auteurs :


J'avais des romans en attente mais comment résister à l'appel d'Harry Potter, à peine ai-je fini le dernier roman de Laurent Scalese que je lisais que je me suis précipitée sur celui-ci.
Retrouver les personnages des romans que nous avons suivi pendant tant d'années et les retrouver 19 ans plus tard dans leur vie d'adultes c'est un vrai challenge, mais est-il réussi?

Pour moi c'est oui, malgré le format pièce de théâtre qui peut surprendre un peu, j'ai été prise par l'histoire et par les personnages.
Le format est effectivement particulier car en tant que pièce de théâtre nous avons le décor qui évolue, les positions des acteurs qui sont indiquées, les jeux de lumières également et si on pouvait craindre que cela n'alourdisse le roman, pour moi il n'en a rien été. J'ai dévoré tous les actes et je me suis régalée.

Dans ce roman, où réapparaissent une grande partie des personnages que nous connaissons bien, nous faisons la connaissance du 2 ème fils d’Harry et Ginnie : Albus Severus Potter qui entre à Poudlard.
Accompagné de Rose, la fille de Ron et d'Hermione il emprunte le fameux quai 9 3/4 pour se retrouver dans le Poudlard Express à la recherche d'un wagon où se poser. Il va donc faire la connaissance d'un jeune garçon qui va devenir son meilleur ami, ce garçon est Scorpius Malefoy, eh oui le fils de Drago.
Déjà nous sommes dans une configuration étonnante mais pas forcement inattendue, les enfants Potter et Malefoy qui deviennent des amis tandis que leurs parents se sont tellement détestés.
A partir de là les événements et les rebondissements vont s'enchainer et nous embarquer dans une folle histoire où il sera question de retourneur de temps, de Voldemort et de bien d'autres choses.

C'est très vivant, très dynamique, les situations s’enchaînent et les événements qui surviennent parviennent à mettre nos nerfs à rude épreuve, certains personnages nous donnent des frissons.

Je ne raconterai rien d'autre sur l'intrigue car il faut le lire pour découvrir combien JK Rowling aime nous emmener dans des rebondissements épatants et des situations folles. Et même si on peut penser que cette pièce de théâtre est moins forte et moins terrible que les romans ça n'en reste pas moins un moment délicieux de lecture et personnellement j'ai été conquise une nouvelle fois/

Donc fallait-il redonner vie aux histoires mettant en scène Harry Potter et poursuivre son histoire, pour moi c'est un grand oui et je pense même qu'elle pourrait nous raconter les histoires des autres enfants de nos deux couples.


jeudi 20 octobre 2016

Une forêt obscure - Fabio M. Mitchelli





« Je n'ai rien d'un monstre. Je suis là uniquement pour nourrir l'esprit de la forêt, en lui offrant la chair de la jeunesse. » Daniel Singleton, alias Robert Christian Hansen (1939-2014), le monstre d'Anchorage. 

À Montréal, Luka diffuse sur le Web les images des animaux qu'il torture, puis celles de son amant qu'il assassine à coups de pic à glace. Pour enquêter sur une telle affaire, il faut un flic borderline comme Louise Beaulieu.
En Alaska, dans la petite ville de Juneau, deux jeunes filles sont découvertes en état de choc. Pour comprendre, il faut un flic comme Carrie Callan, qui va exhumer les vieux secrets et regarder le passé en face.
Le point commun à ces deux affaires : Daniel Singleton, un tueur en série. Du fond de sa cellule, il élabore le piège qui va pousser Louise à aller plus loin, toujours plus loin... Jusqu'à la forêt de Tongass, là ou le mensonge corrode tout, là ou les pistes que suivent les deux enquêtrices vont se rejoindre.

Ce roman est librement inspiré du meurtre commis par Luka Rocco Magnotta en 2012, ainsi que des crimes de Robert Christian Hansen, qui a violé et assassiné 17 femmes entre 1971 et 1983.

Editions Robert Laffont
393 pages 
Publié le 15 Septembre 2016
A propos de l'auteur : ici


Avoir entre les mains le nouveau roman d'un de mes auteurs préférés assorti d’un partenariat privilégié avec Babelio et d'une rencontre avec l'auteur le lundi 10 octobre 2016 dans les locaux de Babelio c'est un moment de vrai bonheur.

Pour moi qui suis Fabio Mitchelli depuis longtemps (depuis l'époque des verticales) retrouver sa plume  est une garantie (si si) d'un moment de lecture intense et magnifique.

Dans ce roman choral nous suivons deux enquêtes avec chacune un meurtrier bien ragoutant et une flic bien décidée à faire toute la lumière sur les évènements d'une noirceur énorme qui sont advenus tant au Canada qu'en Alaska.
Au Canada, c'est Luka  Ricci inspiré de Luka Rocco Magnotta, qui a tué et dépecé son amant qui est poursuivi par Louise Beaulieu, une flic un peu borderline au lourd passé.
En Alaska, ce sont deux jeunes femmes qui sont retrouvées errantes dans la foret en état de choc. L'enquête est confiée à Carrie Callan dont le lourd passé (son père a été assassiné) conditionne beaucoup la vie.
Quel peut être le point commun entre ces deux enquêtes et comment nos deux policières vont-elles collaborer pour faire toute la lumière sur ces deux affaires bien glauques.

Alors qu'ai-je aimé dans ce roman ... si je dis tout, on risque de me dire que je ne suis pas objective car l'auteur est une personne que j'apprécie beaucoup et pourtant c'est la réalité... il n'y a rien à jeter dans cette histoire.
Tout d'abord les personnages, tant policiers que criminels sont extrêmement bien campés. Nos deux flics n'ont rien de femmelettes, elles sont toutes les deux marquées par la vie et par les coups qu'elles ont pris en perdant des êtres chers mais elles font face avec détermination pour avancer dans leur vie. Ceci ne les empêche pas certaines fois d'être à la limite de la légalité.

Petit aparté, Fabio nous régale avec des expressions canadiennes prononcées par Louise Beaulieu, et c'est tellement bien fait qu'on a l'impression d'entendre l'accent canadien de la policière.

Les criminels sont également des personnages qui tiennent leur place, tant Daniel Singleton inspiré de Robert Christian Hansen, odieux meurtrier et violeur  de 17 femmes, qui dans la vie de tous les jours était un personnage ordinaire, boulanger de son état et père de famille aimant et aimé que Luka Ricci dont le désir était de devenir célèbre et qui finit par tristement le devenir.

Les intrigues sont prenantes et même si l'on connait les criminels très vite  on est tout de même complément scotché par l'intensité des récits. Tout contribue à nous faire tourner les pages, un peu comme dans un épisode de l'inspecteur Colombo où le meurtrier est connu dès les premières images et dont toute l'accroche est liée à la façon dont inspecteur va résoudre l'enquête, nous n'avons pas le "au fait" mais c'est pas loin.

J'ai vraiment trouvé ce roman passionnant et bluffant tant d'un point de vue " déroulement des intrigues " que par l'écriture qui nous transporte sans temps morts ni longueurs dans cet univers sordide. Et que dire du final… rien lisez le vous serez sous le choc comme je l’ai été.

Encore un excellent roman de Fabio M Mitchelli.... allez sautez le pas, découvrez le vous me remercierez


Quelques images de la rencontre avec l'auteur que j'ai été ravie de revoir et un lien pour lire le compte rendu de Babelio sur cette rencontre : ici
 




Face à la mer - Françoise Bourdin





Mathieu tient une librairie indépendante au Havre depuis plus de vingt ans. Il a consacré sa vie à son entreprise, ce qui lui a valu un divorce et l'a empêché de voir grandir sa fi lle, Angélique. Passionné par son métier, entouré de collaborateurs qui l'admirent, il réussit pleinement. Mais le succès a un prix, et un jour, c'est le burn-out. Impossible pour Mathieu de pousser la porte de sa librairie. Déprimé, apathique, il décide de tout plaquer et de se réfugier à Sainte-Adresse, dans la maison de son vieil ami César qui vient de mourir. Alors qu'il n'aspire qu'à la solitude, ses proches s'invitent les uns après les autres. Tess, sa compagne amoureuse mais impuissante à l'aider, son ex-femme, ses quatre frères, qui ne comprennent pas les raisons d'une telle crise. Seule Angélique prend la mesure de la situation et, malgré sa jeunesse, décide de veiller sur la librairie et de motiver chaque jour les employés, quitte à négliger ses études. Tandis que Mathieu tente de trouver dans son passé l'origine du mal qui l'anéantit, la détermination sans faille d'Angélique pourrait bien l'aider à se reconstruire et à envisager une nouvelle façon d'exercer son métier. Surtout si des dangers surgissent...

Editions Belfond
280 pages  
Publié le 15 Septembre 2016
A propos de l'auteur :ici



Françoise Bourdin est une auteure que j'aime bien lire entre deux thrillers pour me changer un peu des meurtres et des situations glauques. Avec elle rien de tout ça mais des histoires qui prennent pied dans la réalité de notre monde avec ses travers. Dans cette histoire c'est un mal méconnu mais qui a tendance à s’étendre, le burn out qui atteint  plus de personnes qu'on ne l'imagine.

Mathieu qui a réalisé le rêve de sa vie, ouvrir et développer une librairie dans le centre-ville du Havre se retrouve un jour incapable de mettre un pied  dans sa librairie. Terrassé par une dépression monstrueuse qui  l'éloigne de tout et de tous il se réfugie à Sainte Adresse dans la maison que son ami César qui vient de mourir. Mathieu a acquis cette maison en viager pour permettre à César, véritable panier percé et alcoolique, de disposer d'argent régulièrement et de ne pas se retrouver à la rue.
Sa famille ne comprenant pas cette désaffection n'a de cesse de le pousser à se ressaisir mais c'est sans compter avec le poids de ce burn- out. Matthieu en est même arrivé à ne plus vouloir tenter de sauver son histoire d'amour avec Tess. Il s'enfonce de plus en plus et il faudra l'intervention d'éléments extérieurs à sa famille et de circonstances désagréables pour qu'il trouve un nouveau courage et remonte la pente.

C'est un roman qui sous ces dessous de "romance" a la particularité de traiter d'un sujet très actuel dont on entend de plus en plus souvent parler et qui jette les personnes qui en sont atteintes dans une souffrance incommensurable.
Ce qui est aussi remarquable dans les romans de l'auteure, ce sont ses personnages qui sont des êtres "vrais", ils nous ressemblent, pourraient être nos voisins, nos amis ou notre famille.
On y retrouve toutes les composantes ressenties parfois en présence d'un être, l'empathie, l'agacement, l'envie de le secouer ou l'indifférence. Certains personnages nous insupportent, d'autres nous énervent par moment et d'autres encore nous plaisent énormément comme dans la vie tout simplement.

L'écriture est bien enlevée et sied parfaitement à ce type d'histoire. C'est vivant et prenant et on prend un grand plaisir à tourner les pages.


Merci aux Editions Belfond  pour cette nouvelle découverte de l'œuvre de Françoise Bourdin.



lundi 17 octobre 2016

In utero - Julien Blanc-Gras





« Il n'y a aucune raison de paniquer. Nous allons créer et accompagner une existence. C'est une formidable nouvelle, me dis-je en tapant vol aller simple Patagonie sur mon clavier. » 
Journal de grossesse d'un futur père, In utero relate cette aventure intime et universelle, avec ses joies, ses angoisses et ses questions fondamentales. Faut-il se reproduire dans un monde surpeuplé ? Comment faire rire une femme enceinte ? Et surtout, peut-on accoucher en chaussettes ?"

Editions Au Diable Vauvert
190 pages  
Publié le  3 Septembre 2015
A propos de l'auteur : ici


Quand un homme prend la plume pour raconter la grossesse de sa femme cela  donne un roman absolument délicieux, drôle et addictif.

L'auteur nous raconte donc les 9 mois de la grossesse de sa compagne, de l'annonce de celle-ci jusqu'à la naissance du bébé.
Il nous fait part de ses questionnements, des doutes qui l'assaille, des incompréhensions  et des réticences mais aussi du bonheur de devenir papa.

Maniant un humour à la fois hilarant et caustique, on ne peut que sourire, voire rire à l'évocation d'un certain nombre de choses qui sentent vraiment le vécu.

Ecriture agréable, situations cocasses ou émouvantes, on passe vraiment un très bon moment avec ce roman.


A lire que vous soyez parents ou futurs parents..