jeudi 6 juillet 2017

Dans le jardin de l'ogre - Leïla Slimani





«Une semaine qu'elle tient. Une semaine qu'elle n'a pas cédé. Adèle a été sage. En quatre jours, elle a couru trente-deux kilomètres. Elle est allée de Pigalle aux Champs-Élysées, du musée d'Orsay à Bercy. Elle a couru le matin sur les quais déserts. La nuit, sur le boulevard Rochechouart et la place de Clichy. Elle n'a pas bu d'alcool et elle s'est couchée tôt. Mais cette nuit, elle en a rêvé et n'a pas pu se rendormir. Un rêve moite, interminable, qui s'est introduit en elle comme un souffle d'air chaud. Adèle ne peut plus penser qu'à ça. Elle se lève, boit un café très fort dans la maison endormie. Debout dans la cuisine, elle se balance d'un pied sur l'autre. Elle fume une cigarette. Sous la douche, elle a envie de se griffer, de se déchirer le corps en deux. Elle cogne son front contre le mur. Elle veut qu'on la saisisse, qu'on lui brise le crâne contre la vitre. Dès qu'elle ferme les yeux, elle entend les bruits, les soupirs, les hurlements, les coups. Un homme nu qui halète, une femme qui jouit. Elle voudrait n'être qu'un objet au milieu d'une horde, être dévorée, sucée, avalée tout entière. Qu'on lui pince les seins, qu'on lui morde le ventre. Elle veut être une poupée dans le jardin de l'ogre.»

Editions Folio
Publié en 2016
 240 pages
A propos de l’auteur : ici


Premier roman de Leila Slimani prix Goncourt 2016 pour Chanson douce et déjà un sacré talent pour raconter une histoire de femme.

Adèle est une jeune femme, mariée à Richard, maman d'un petit garçon et  qui souffre d'un trouble qu'on ne rencontre pas souvent en littérature: la nymphomanie. Elle ne peut vivre sans avoir des relations sexuelles avec de parfaits inconnus ou aguicher les collaborateurs de son mari.
Adèle est malade, elle se consume dans l'infidélité, le tabac, les mensonges. Son besoin d'être vue est tel qu'elle n'arrive plus à se raisonner, s'enfermant dans une situation qui la désespère mais à laquelle elle ne peut résister.
Adèle est un bien curieux personnage, c'est une femme froide et secrète, qui oscille entre dépression et névroses et qui est incapable de se satisfaire d'une vie simple, un peu bourgeoise entre son mari aimant et son enfant.
Jusqu'où cette destruction et ce dégoût d'elle-même vont-ils l'emporter? Son mari découvrira-t-il un jour la vérité sur sa femme?
L'auteure nous parle d'Adèle, de sa maladie en employant des mots crus mais sans jamais tomber dans la vulgarité ou le voyeurisme. On accompagne Adèle dans ces rencontres, dans sa destruction, dans ses mensonges et dans ses douleurs.
Leila Slimani nous décrit une addiction incontrôlable et désespérante d'une écriture fluide et  avec des chapitres courts qui donnent rythme et nervosité au récit. 

Il est vrai qu'on peut s'étonner du choix du thème pour un premier livre mais il révèle complètement un vrai talent d'écriture et on suit Adèle dans cette histoire audacieuse mais vraiment prenante et intéressante.


2 commentaires:

  1. Réponses
    1. Si tu as aimé Chanson douce tu retrouveras la plume de l'auteure et sinon c'est une belle déccouverte pour une histoire originale en plus

      Supprimer