jeudi 23 mai 2019

Seuls les enfants savent aimer - Cali




Seuls les enfants savent aimer.
Seuls les enfants aperçoivent l'amour au loin, qui arrive de toute sa lenteur, de toute sa douceur, pour venir nous consumer.
Seuls les enfants embrassent le désespoir vertigineux de la solitude quand l'amour s'en va.
Seuls les enfants meurent d'amour.
Seuls les enfants jouent leur cœur à chaque instant, à chaque souffle.
À chaque seconde le cœur d'un enfant explose.
Tu me manques à crever, maman.
Jusqu'à quand vas-tu mourir ?

Editions Le Cherche Midi
192 pages 
Publié le 18 Janvier 2018 
A propos de l'auteur : ici


"Tu me manques à crever maman
Jusqu'à quand vas-tu mourir?

Ces quelques mots donnent le ton du roman autobiographique du chanteur Cali.
Bruno, qui n'est autre que Cali, perd sa maman brutalement d'un cancer. Il n'a que 6 ans et n'a pas le droit d'assister à son enterrement.
C'est dans le regard des autres et dans l'absence de celle dont il espère toujours le retour qu'il va devoir affronter le deuil et qu'il va pouvoir se reconstruire et vivre sa vie de petit garçon orphelin.

C'est une histoire bien triste qui nous émeut et nous fait monter les larmes aux yeux souvent. L'écriture est très fluide et met particulièrement bien l'accent sur les sentiments ressentis par ce petit garçon.
Le drame de sa vie, ses questions, ses doutes, son désespoir et c'est dans les mots de l'auteur que l'enfant qu'il fut s'offre une nouvelle chance.


J'avais acheté ce roman au Printemps du livre de Cassis en 2018, Cali sera présent lors de l'édition 2019, j'en profiterai pour lui prendre son second roman.





Chien-loup - Serge Joncour




L'idée de passer tout l'été coupés du monde angoissait Franck mais enchantait Lise, alors Franck avait accepté, un peu à contrecœur et beaucoup par amour, de louer dans le Lot cette maison absente de toutes les cartes et privée de tout réseau. L'annonce parlait d'un gîte perdu au milieu des collines, de calme et de paix. Mais pas du passé sanglant de cet endroit que personne n'habitait plus et qui avait abrité un dompteur allemand et ses fauves pendant la Première Guerre mondiale. Et pas non plus de ce chien sans collier, chien ou loup, qui s'est imposé au couple dès le premier soir et qui semblait chercher un maître. En arrivant cet été-là, Franck croyait encore que la nature, qu'on avait apprivoisée aussi bien qu'un animal de compagnie, n'avait plus rien de sauvage ; il pensait que les guerres du passé, où les hommes s'entretuaient, avaient cédé la place à des guerres plus insidieuses, moins meurtrières. Ça, c'était en arrivant.

Editions Flammarion (Littérature française)
480 pages 
Publié le 20 Août 2018 
A propos de l'auteur : ici


J'aime beaucoup les romans de Serge Joncour et j'attendais d'être aussi charmé par celui-ci que par les précédents, ce ne fut pas totalement le cas hélas.
Ce roman se déroule sur 2 époques.
Lors de la première guerre mondiale, les hommes sont réquisitionnés et les femmes doivent tout assurer. Dans cette région sauvage rien n'est simple.
Un seul homme reste au village, il s'agit d'un dompteur allemand, déserteur qui se cache dans une maison isolée avec ses fauves.

A notre époque Franck et Lise, tous deux dans le cinéma, s'installent pour les vacances dans une demeure totalement isolée où aucun réseau ne parvient.
Pour Franck c'est la catastrophe absolue, accro à son téléphone et à internet il tourne très vite en rond et passe son temps à tenter de trouver un peu de réseau.
Lise, elle s'adapte beaucoup mieux.
Quel est le point commun entre ces deux histoires? Y en a-t-il un d'ailleurs ?
Quand survient un chien-loup sans collier les destins peuvent se mettre en marche.

Voilà je n'ai pas été autant charmé car j'ai trouvé que ce roman était long, qu'il y avait beaucoup de répétitions et que le rythme était vraiment trop lent.
L'histoire reste très intéressante mais elle serait devenue passionnante avec quelques pages en moins et davantage de rythme.

Cette semi- déception ne m'empêchera pas de continuer à découvrir l'œuvre de l'auteur c'est sûr et cela pas plus tard que la semaine prochaine puisqu’il est l’un des invités du Printemps du livre à Cassis.





Le dernier jour d'un condamné suivi de Claude Gueux et de L'affaire Tapner - Victor Hugo





Ce bouquin regroupe les deux œuvres les plus courtes de Victor Hugo.
Elles creusent une seule et même question, brûlante dans l'actualité de l'époque : la peine de mort !


Editions Le Livre de Poche (Classiques de poche)
Publié en 1989
243 pages
A propos de l'auteur : ici


Je ne lis plus beaucoup de classiques mais quand il m'arrive de me plonger dedans c'est toujours avec beaucoup de plaisir.
Dans ce livre sont regroupées trois nouvelles dont la première est la plus connue puisqu'elle se révèle un vibrant plaidoyer contre la peine de mort.

Ce condamné à mort dont nous ne saurons jamais ni le nom ni le crime va mourir. Victor Hugo nous narre ses dernières heures de vie avant d’être conduit à la guillotine.
 Il nous montre ses peurs, ses angoisses, ses désillusions et sa solitude.

La préface de Robert Badinter donne encore plus de poids aux textes car il est difficile d'oublier son propre plaidoyer pour obtenir l'abolition de la peine de mort.

Encore une fois Victor Hugo se révèle un grand homme dont les idées et les combats sont tellement modernes et humains.





mercredi 22 mai 2019

Challenge nettoyage de printemps 2019 : Les livres lus

1- Si prés des étoiles de Kate Alcott : 324 pages
2 - Phobia de Collectif : 318 pages
3- Ne le dis pas à maman de Toni Maguire : 320 pages
4 - Félix et la source invisible d'Eric Emmanuel Schmitt : 234 pages
5 - L'odeur de la colle en pot d'Adèle Breau : 202 pages
6 - La vie qui m'attendait de Julien Sandrel : 313 pages
7 - 13 à table (2017) de Collectif : 283 pages
8 - Abdominaux arrêtons le massacre de Bernadette de Gasquet : 223 pages
9 - La vengeance des Dieux , tome 2 : La divine adoratrice de Christian Jacq : 348 pages
10- Tu as promis que tu vivrais pour moi de Carene Ponte :315 pages
11 - Jules, tome 1 de Didier Van Cauwelaert : 277 pages
12 - Dernière escale de Sandra Martineau : 300 pages
13 - Pleurer des rivières d'Alain Jaspard : 190 pages
14 - Le dernier jour d'un condamné de Victor Hugo : 243 pages
15 - Seuls les enfants savent aimer de Cali : 192 pages
16 - Quand nos souvenirs viendront danser de Virginie Grimaldi : 349 pages
17 - L'agence Pendergast, tome 1 : Le prince des ténèbres de Christophe Lambert : 153 pages
18 - La librairie des rêves suspendus de Emily Blaine : 324 pages
19 - Black Sunday de Thomas Harris : 336 pages
20 - Guide de la Corse en bandes dessinées de Frédéric Bertocchini : 185 pages

mardi 21 mai 2019

L'ivresse des libellules - Laure Manel





Quatre couples d'amis dans la quarantaine décident de s'octroyer des vacances sans enfants dans une villa de rêve. 
Mais l'ambiance qui se voulait insouciante et idyllique ne tarde pas à se charger d'électricité. La faute aux caractères (et petites névroses) de chacun, aux modes de vie différents, à l'usure et la routine qui guettent les amoureux quand s'invite le quotidien, et à des parents qui ont oublié ce qu'était leur vie lorsqu'ils ne l'étaient pas encore... Quand débarque une jeune et jolie célibataire, le groupe est plus que jamais au bord de l'implosion.

Editions Michel Lafon
378 pages 
Format epub
Publié le 4 Avril 2019
A propos de l'auteur : ici


J'adore les romans de Laure Manel et je n'ai pas pu résister lors de la sortie de son nouveau livre à le dévorer très vite.

Nous retrouvons 4 couples d'amis qui chaque année passent 15 jours de vacances ensemble. Cette année ce sera sans les enfants comme l'a décidé Sybille, la meneuse de groupe comme elle aime à le croire et à le dire.

Si l'Ardèche se révèle aussi attirante que les prospectus le disent, l'ambiance dans la villa n'est pas toujours au beau fixe. Encore davantage quand arrive Valentine une jeune et jolie célibataire qui s'est séparée de son compagnon peu de temps avant.
Cette arrivée va mettre le feu aux poudres et les caractères vont se révéler encore davantage.
Quelle sera l'issue de ces vacances?
L'amitié et l'amour résisteront ils aux égratignures qui vont émailler le quotidien de nos couples.

Comme toujours c'est délicieux, c'est délicat, c'est touchant et émouvant et surtout c'est ancré dans la réalité.
On peut s'identifier aux personnages, ils sont vrais, vivants et attachants voire même « attachiants » pour certains.

Ecrit d'une plume lumineuse j'ai passé un très bon moment de lecture et vraiment je vous conseille de découvrir cette auteure si vous ne la connaissez pas.



L'Accro du shopping, tome 4 : L'Accro du shopping a une soeur - Sophie Kinsella




Quatrième volet d'une série-culte, L'accro du shopping a une sœur marque le retour de Becky, cette fois confrontée à une drôle de nouvelle... Après un long voyage de noces, le retour à Londres est difficile pour Becky Bloomwood-Brandon : pas de boulot, un budget sous haute surveillance, un mari débordé, une meilleure amie occupée ailleurs, des parents en pleine psychothérapie... Plus une surprise de choc : Becky découvre qu'elle a une sœur, née des amours prénuptiales de son père. Et quelle sœur ! Radine comme un pou, gaie comme une porte de prison, pas féminine pour deux pence, Jess déteste les fringues, le maquillage et le chocolat. Et, surtout, elle a une sainte horreur du shopping ! Finie la belle vie ? Envolés les rêves d'entente familiale ? Terminé le lèche-vitrines ? C'est mal connaître la plus attachante des fashionatas, qui, une fois encore, a plus d'un tour dans ses sacs...

Editions Pocket
Publié en 2007
Traduit par Daphné Bernard 
391 pages
A propos de l'auteur : ici


Tome 4 de la saga Becky Bloomwood devenue Becky Brandon lors du tome précèdent.
Becky  et Luke se sont offert un voyage de noce de rêve avec un tour du monde qui doit durer un an. Mais le côté accro au shopping et les dépenses inconsidérées de Becky commence à inquiéter Luke qui voit s'accumuler les achats nombreux dans les divers pays traversés.

Rentrés à Londres un peu plus tôt que prévu, ils ont décidé de faire la surprise de leur retour à leurs familles et amis. Rien bien sûr ne se passera comme ils l'avaient prévu.
Et le pire de tout c'est l'arrivée inopinée d'une sœur chez Becky. Cette sœur s’appelle Jess et c’est la fille de son père, une fille qu’il a eu avant son mariage avec la maman de Becky..
Tout d'abord surprise, Becky ne refrène pas très longtemps son enthousiasme et pense pouvoir partager avec cette sœur tombée d'on ne sait où sa grande passion du shopping. Hélas Jess est aux antipodes de Becky et déteste tout cet univers de mode et d'achats compulsifs.
Notre pauvre Becky va aller de déception en déception... parviendra-t-elle à rebondir?

Comme toujours c'est drôle, c'est savoureux et on passe un très bon moment de lecture.
Becky est à la fois attachante mais aussi tête à claques et c'est ce qui fait tout son charme.

A lire bien sur si vous aimez le style chick-lit et les romans qui ne prennent pas la tête et font du bien.



Pleurer des rivières - Alain Jaspard





Enfreindre la loi peut se révéler fatal. Julien, brillant avocat, le sait mieux que personne. Pourtant, lorsqu’il parvient à obtenir la relaxe de son client, Franck, un Gitan d’Argenteuil, il n’imagine pas que leurs épouses respectives vont les entraîner dans une folle aventure. Pour les deux jeunes femmes, complices inattendues, une seule question se pose : quand on fait le bien, où est le mal?

Editions Héloïse d'Ormesson
190 pages 
Publié le 23 Août 2018 
A propos de l'auteur : ici


Deux familles qui n'auraient jamais dû se croiser, deux univers à l'opposé et finalement la rencontre qui va changer leurs vies.
Julien, avocat, défend Franck un gitan d'Argenteuil qui commis un casse. Il obtient sa relaxe et c'est à partir de ce moment que les problèmes vont commencer.
Leurs femmes respectives vont se lier d'amitié et envisager une chose terriblement illégale cautionnée par leurs maris.
Julien va accepter la proposition de sa femme tout en sachant parfaitement qu'il se met hors la loi.
Ou commencent le bien ou le mal? Et une bonne action reste-t-elle une bonne action même si elle se révèle totalement illégale?
C'est une histoire intéressante qui a le mérite de poser des questions. Chacun y apportera sa réponse mais le roman se lit vraiment très bien.
La couverture est magnifique et le titre nous remet en tête la chanson de Viktor Laszlo ce qui ‘n’est pas non plus vraiment désagréable.

C'est le premier roman de l'auteur et je m’intéresserai au second quand il sortira c’est sûr.