jeudi 18 mai 2017

Les Mandible - Lionel Shriver





Nous sommes en 2029, les États-Unis traversent une crise sans précédent. Les désastres écologiques successifs ont vidé le pays de ses ressources naturelles. La dette nationale a explosé, la Banque centrale n'arrive plus à produire assez de billets, le dollar dévisse, remplacé sur les marchés internationaux par une devise sino-russe. Jadis superpuissance, les États-Unis sont devenus un État paria, au grand bonheur de Poutine, bien entendu toujours au pouvoir.

Comme toutes les familles américaines, les Mandible tirent le diable par la queue. Un chou se négocie à quarante dollars, la viande n'est plus qu'un lointain souvenir, l'eau se fait rare, même le papier-toilette est rationné. Ils tiennent encore, ont toujours un toit sur la tête, ça pourrait être pire...

C'est alors que le Président déclare le pays en faillite.

L'or des particuliers est réquisitionné, salaires et pensions sont gelés, les comptes sont vidés. Soudain, pour les Mandible, il ne s'agit plus de débrouillardise mais bien de survie. Combien de temps avant que la solidarité ne laisse place à la colère, à la haine ? Combien de temps avant que la famille ne s'écroule, comme le reste du monde qui l'entoure ?


Editions Belfond (Les étrangères)
Traduit par Laurence Richard 
528 pages 
Publié le  4 Mai 2017
A propos de l'auteur :ici


J'avais beaucoup aimé les romans de Lionel Shriver que j'ai lu, avec entre autre le célébrissime "il faut qu'on parle de Kevin" et du coup j'ai eu envie de découvrir celui-ci.
Et bien autant ne pas le cacher, je n'ai pas aimé cette lecture, je me suis royalement ennuyée en lisant cette histoire.

Nous sommes dans une sorte de dystopie financière, les Etats Unis sont ruinés et c'est la catastrophe financière un peu partout engendrant chute du cours du dollar, spéculation, inflation majeure etc etc...
Au milieu de tout cela la famille Mandible qui subit de plein fouet cette crise sans précédent.
Comment vont-ils réagir et le pourront-ils?

Vu comme ça peut sembler intéressant et ça l'est dans le sens que ce roman fait réfléchir sur les possibilités de drames économiques liées à certaines décisions financières mais en même temps c'est un roman qui est assez inintéressant, car  l'intrigue est plate, linéaire et au final barbante
On passe d'un membre de la famille à un autre espérant obtenir un peu de chaleur dans le texte mais hélas, trois fois hélas , les textes sont truffés de termes techniques financiers; il y a de nombreuses digressions et des dialogues intégralement tournés vers la finance e qui fait que l' on n'arrive pas du coup à ressentir la moindre empathie envers les protagonistes et pas vraiment davantage le drame que vit cette famille.
On a le sentiment plutôt  désagréable de ne pas être dans un roman mais dans une sorte essai.

L'écriture de Lionel Shriver est toujours aussi précise, on sent bien les recherches qu'elle a dû effectuer pour  écrire ce roman mais justement on est du coup très loin de l'histoire romancée mais plutôt dans un exercice démonstratif qui a engendré chez moi un ennui terrible.


Bon pour ce roman ça ne l'a pas fait du tout mais comme c'est une auteure que j'ai déjà lue et dont j'ai bien aimé les romans, je ne resterai pas sur cette  déception et je lirai ses prochaines histoires.





 2017

mardi 16 mai 2017

La ferme du bout du monde - Sarah Vaughan



Cornouailles, une ferme isolée au sommet d’une falaise. Battus par les vents de la lande et les embruns, ses murs abritent depuis trois générations une famille… et ses secrets.1939. Will et Alice trouvent refuge auprès de Maggie, la fille du fermier. Ils vivent une enfance protégée des ravages de la guerre. Jusqu’à cet été 1943 qui bouleverse leur destin. Été 2014. La jeune Lucy, trompée par son mari, rejoint la ferme de sa grand-mère Maggie. Mais rien ne l’a préparée à ce qu’elle y découvrira. Deux étés, séparés par un drame inavouable. Peut-on tout réparer soixante-dix ans plus tard ? Après le succès de La Meilleure d’entre nous, Sarah Vaughan revient avec un roman vibrant. Destinées prises dans les tourments de la Seconde Guerre mondiale, enfant disparu, paysages envoûtants de la Cornouailles, La Ferme du bout du monde a tout pour séduire les lecteurs de L’Île des oubliés, d’Une vie entre deux océans et de La Mémoire des embruns.

Editions Préludes
439 pages 
Format Epub
Publié le 5 Avril 2017
A propos de l'auteur : ici


Une saga familiale qui s'étend de 1939 à 2014.
Will et Alice sont des réfugiés de  guerre et sont envoyés  dans une ferme de Cornouailles, ils participent à la vie de la ferme et se lient d’amitié avec les habitants de celle-ci, entre autres avec Maggie la fille des fermiers.
Will et Maggie tombent amoureux mais cet amour n'est pas du tout du goût des parents de celle-ci et Will est exilé dans une autre ferme séparant ainsi les amoureux mais également le frère et la sœur.
Un destin cruel va conditionner la vie de tous les personnages. Des secrets, des rancœurs et des regrets vont poursuivre toute leur vie ces êtres qui ne demandaient qu’à s’aimer.
En 2014 Lucy la petite fille de Maggie se réfugie en Cornouailles après avoir découvert l'infidélité de son mari.
Elle va tenter de reprendre le cours de sa vie et va mettre à jour des secrets familiaux bien gardés depuis toutes ces années.
A-t-on droit à une deuxième chance et peut-on réparer un drame tant d'années après? Ce sont les grandes questions et la grande trame de cette histoire qui pourrait semblé convenue mais qui ne l’est pas du tout.

Ce roman est un petit bijou car même si l'histoire est simple comme les lieux où elle se déroule ou les personnages qu'elle met en scène c'est un vrai bonheur de suivre les deux époques que l'auteure nous présente en parallèle.
La narration est addictive car rien n'est acquis, les secrets ne sont dévoilés que petit à petit et jusqu'au bout on ne sait pas si tout s'arrangera.
J'ai aimé les personnages qui sont vrais, attachants et pleins de charme. Maggie est délicieuse, personnage  volontaire mais brisé par le poids des  traditions, Lucy est attachante et on aime le cheminement personnel qu'elle suit pour sortir de sa situation désolante. Les autres personnages sont aussi très importants, que ce soit pendant la période de la guerre que dans celle actuelle, ils sont là pour permettre de comprendre les raisons de ces drames et en font même partie totalement.

Très jolie écriture qui emporte complètement et une histoire vraiment agréable à lire qui m'a touchée et émue bien souvent. Je recommande cette lecture a tous ceux qui aiment les belles histoires qu’elles finissent bien ou mal.




dimanche 14 mai 2017

Les enchantements d'Ambremer / Le Paris des merveilles, tome 1 - Pierre Pevel



Paris, 1909. La tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes se baignent dans la Seine, des farfadets se promènent dans le bois de Vincennes... et une ligne de métro relie la ville à l'OutreMonde, le pays des fées, et à sa capitale Ambremer. Louis Denizart Hippolyte Griffont est mage du Cercle Cyan, un club de gentlemen-magiciens. Chargé d'enquêter sur un trafic d'objets enchantés, il se retrouve impliqué dans une série de meurtres. L'affaire est épineuse et Griffont doit affronter bien des dangers: un puissant sorcier, d'immortelles gargouilles et, par-dessus tout, l'association forcée avec Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien...

Editions Bragelonne
382 pages  
Publié le 20 Mai 2015
A propos de l'auteur : ici


Ceux qui me suivent savent déjà combien je suis une inconditionnelle de la plume de Pierre Pevel et de ses histoires à la fois historiques et fantastiques.

Nous sommes dans le Paris de la Belle Epoque mais un Paris un peu différent de celui que l'on connait. Si la Tour Eiffel est bien là, elle n'est pas en métal mais en bois blanc et dans notre monde se côtoient des magiciens, des fées, des farfadets, des gnomes et des humains et une ligne de métro relie celui-ci à Outre monde le pays des fées
Louis Denizart Hippolyte Griffont est un mage, du cercle de Cyan chargé d'enquêter sur un trafic d'objets enchantés. A travers cette enquête qui se révèle ardue et pleine de rebondissements il va être confronté à une série de meurtres et être obligé de collaborer avec une femme qu'il n'a pas forcément envie de revoir : Isabelle de Saint-Gil, nous en découvrirons la raison au fil des pages.

Ce sont toutes ces actions, ces rebondissements, ces découvertes et les effets fantastiques qui font de cette histoire un vrai bonheur.
Comme nous en sommes au premier tome, l'auteur nous pose les personnages et déjà on s'y attache comme à des vrais amis. J'ai adoré la relation entre Isabelle et Louis, ça pétille du début à la fin mais je ne vous en dis pas davantage.

Les personnages secondaires sont également savoureux et l'intrigue tient la route, de plus on retrouve les fameux dragons chers à l'auteur et tout cela c'est juste du plaisir.

Si j'aime autant les romans de Pierre Pevel c'est qu'il est l'un des rares auteurs à être capables de mêler l'histoire telle qu'on nous la raconte dans les manuels scolaires et à lui adjoindre ce côté fantastique qui embelli le déroulement du récit. Des petits moments bijoux alternent avec des moments de doute ou de peur sans oublier l'action qui est bien présente et qui nous fait toujours redouter le pire.

Voilà un premier tome qui est bien prometteur et qui augure d'une suite que je vais dévorer le plus vite possible.

En prime la couverture est sublime ce qui ne gâche rien.


samedi 13 mai 2017

Le cri - Nicolas Beuglet




Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…
Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?
Pour Sarah, c’est le début d’une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l’île de l’Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.
Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d’un journaliste d’investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous : la vie après la mort…
Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question !

Editions XO (Thriller)
Format epub
496 pages 
Publié le  8 Septembre 2016
A propos de l'auteur : ici


Voilà bien une histoire dont j'avais entendu parler tant de fois et que j'avais vraiment envie de découvrir. Le challenge Défi 2017 (et oui encore lui) m'en a donné l'occasion.
De plus j'aime me faire ma propre opinion surtout quand le roman n'a que de bonnes appréciations (quelques fois après lecture ce fut une déception personnelle)  et effectivement ce roman a tout d'un excellent thriller qui prend bien aux tripes et à la tête.
Tout commence dans un asile psychiatrique, où un meurtre a été déguisé en suicide. Sarah l'enquêtrice qui est appelée sur le lieu du suicide comprend rapidement que des détails clochent, que  ce qui semble être la réalité (le suicide) n'est qu'illusion et qu'il s'agit bien d'un meurtre.
Qui est ce personnage? Pourquoi a-t-il un chiffre gravé sur le front? Pourquoi a-t-on déguisé le meurtre en suicide? Que veulent dire tous les dessins retrouvés dans sa cellule et pourquoi ce cri terrifiant  hurlé régulièrement par le patient?
C'est à toutes ces questions que Sarah s’attaque pour tenter d'y apporter des réponses.
L'enquête va se révéler ardue et nous faire voyager dans des contrées lointaines tant géographiques que mentales, Sarah elle-même ne cache-t-elle pas un secret. Tout cela nous retourne bien la tête et on est vraiment embarqué dans cette intrigue.
Bien sûr il y a quelques facilités dans la résolution de l'enquête, quelques moments pas trop crédibles mais malgré tout cela on fonce complètement tête baissée dans la lecture car l'auteur nous envoie quelques rebondissements qui évidement nous poussent à avancer encore et encore pour tenter de comprendre ce qu'il s'est produit dans le passé du patient 488 et comment s'est-il retrouvé dans cet asile ,au secret, avec tout ce mystère qui ne doit pas être dévoilé.
Donc vous l'aurez compris on ne s’ennuie pas du tout dans ce roman car Nicolas Beuglet parvient à nous captiver totalement du début à la fin de son histoire.
Evidemment je vais vous laisser le plaisir de découvrir l'intrigue mais je vais juste vous dire qu'on part dans une dimension effrayante sur la manipulation de l'être humain dans la recherche scientifique qui fait froid dans le dos tellement elle peut sembler réelle.

Voici donc un triller qui m'a beaucoup plu et dont j'ai occulté sans problème les petits défauts car rien n'aurait pu arrêter ma lecture.




Love Letters to the Dead / La Vie, la mort, l'amour - Ava Dellaira





Au commencement, c'était un simple devoir. Ecrire une lettre à un mort. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande soeur May l'adorait. Et qu'il est mort jeune, comme May. Très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres où elle dresse son propre portrait de lycéenne, celui de ses nouveaux amis, de son premier amour... Mais pour faire son deuil, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s'est réellement passé, la nuit où May est décédée.

Editions Michel Lafon
316 pages  
Publié le : 7 Mai 2014
A propos de l'auteur : ici



Petit livre voyageur qui me permet de remplir une nouvelle rubrique du challenge Défi 2017.

Laurel est une étudiante qui a vécu un drame, la perte de sa sœur May.
Le jour où leur professeur leur demande de rédiger un courrier à un mort, elle choisit d'écrire à Kurt Cobain, le chanteur préféré de celle-ci sœur, mort jeune comme elle.
Laurel continue ensuite à raconter sa vie dans les divers courriers qu'elle enverra à d'autres personnages plus ou moins célèbres morts dans lesquels elle racontera ce qu'elle vit dans sa vie de lycéenne, son premier amour , ses tourments d'adolescence, la mort de May et le rapport que celle-ci entretenait avec sa famille et les autres.

C'est un bien joli roman que nous propose Ava Dellaira sur l'histoire de Laurel, jeune fille confrontée à la perte de sa sœur qui était pour elle non seulement sa meilleure amie mais un vrai modèle qu'elle pensait proche de la perfection.
Au fil des événements qu'elle va vivre  et des personnes qu'elle rencontrera elle prendra conscience du décalage entre l'image que May donnait et ce qu'elle était vraiment, une jeune fille pas forcement aussi lisse et parfaite qu'elle pouvait le paraître.
C'est le premier émoi, le premier amour, l’envie de se laisser aller et la retenue liée à la sensation de n'avoir pas droit au bonheur.
Les émotions sont énormes et ressenties pleinement dans cette histoire, on peut presque se mettre à la place de Laurel et ressentir les peurs, les déceptions et les espoirs qu'elle ressent au plus profond d'elle.
C'est à la fois tendre et violent car comment avancer dans sa propre vie quand on se sent responsable de la mort d'une personne qu'on adorait sans vraiment la connaitre finalement.
L'auteure est vraiment parvenue à m'émouvoir, à me mettre même les larmes aux yeux en raison des situations vécues, des sentiments douloureux de Laurel, de ses hésitations et de ses choix.
C'est un livre qui se lit bien, qui nous accroche totalement tant par le sujet que par les personnages et surtout par ces courriers qui se suivent et qui racontent l'histoire d'une jeune fille confrontée bien trop tôt aux drames que la vie met sur notre route.


A découvrir absolument.



vendredi 5 mai 2017

Le tueur de l'ombre - Claire Favan



Aux limites de l'insoutenable, une plongée dans les profondeurs abyssales de l'esprit du plus terrible des assassins où même le lecteur est manipulé ! Will Edwards, tueur en série de la pire espèce, parvient à s'évader grâce à un mystérieux complice. RJ Scanlon, profiler et chef d'une équipe d'enquêteurs du FBI qui l'avait lui-même mis sous les verrous, part à nouveau sur les traces de son ennemi le plus intime. Intime au point que cette évasion perturbe le couple que l'enquêteur forme désormais avec Samantha, qui n'est rien moins que... l'ex-épouse du criminel qu'elle a livré à la police. Nul doute que Will Edwards veut sa vengeance. Inexplicablement, l'assassin reste inactif et les mois s'écoulent. RJ Scanlon est dans l'impasse. Mais, lorsque les meurtres reprennent, plus cruels que jamais, Edwards frappe au plus juste avec une telle évidence que le doute s'installe. De subtiles variations dans la signature du dément sont perceptibles. Ont-ils affaire à un imitateur ? Non, bien pire...

Editions Pocket 
550 pages 
Publié le 13 Mars 2014
A propos de l'auteur : ici



J'ai lu le tueur intime il y a un moment et je me suis souvenue que j'avais le second tome dans ma PAL, que Claire Favan est originaire de l'Ile de France, ce qui fait qu'avec cette histoire je peux faire entrer cette lecture dans le Challenge Défi 2017.

A la fin du premier tome nous comprenons que Samantha qui a refait sa vie, va revivre des moments de terreur car Wil Edward s'est échappé lors de son transfert.
Le roman commence donc avec l'évasion de Will Edward et les conséquences de celle-ci sur la vie de RJ Scalon et de Samantha.
Qui est le complice de Will? Pourquoi s'est-il remis à tuer après 6 mois d'inactivité? A quoi sont dus les changements dans son mode opératoire? Beaucoup de questions, beaucoup d'angoisse et une enquête vraiment difficile à mener par RJ Scalon et ses acolytes de par son implication sentimentale dans celle-ci.

Claire Favan a un immense talent pour nous concocter des histoires qui tiennent toutes leurs promesses et qui nous maintiennent dans un état d'anxiété  et d'émotions exacerbées tout le long du roman.

Elle sait également jouer avec nos nerfs en nous faisant ressentir l'intensité des moments vécus par nos personnages, tant dans la torture physique que psychologique. Certaines scènes ne sont en effet pas à mettre sous tous les yeux car elles sont d'une intensité et d'un visuel énormes.

Le suspense et les rebondissements ne manquent pas dans ce roman, les personnages sont malmenés par l'histoire et certains se retrouvent même dans une posture qu'ils ne pouvaient pas imaginer. C'est fou d'arriver à douter de certains alors qu'on ne devrait même pas avoir le moindre soupçon les concernant.


Encore une fois je me suis laissé piéger (avec grand plaisir) par la plume acérée de Claire Favan et je ne peux que vous dire de découvrir son œuvre si vous ne connaissez pas... Vous ne serez pas déçus.


Patients - Grand Corps Malade





Il y a une quinzaine d’années, en chahutant avec des amis, le jeune Fabien, pas encore vingt ans, fait un plongeon dans une piscine. Il heurte le fond du bassin, dont l’eau n’est pas assez profonde, et se déplace les vertèbres. Bien qu’on lui annonce qu’il restera probablement paralysé à vie, il retrouve peu à peu l’usage de ses jambes après une année de rééducation. Quand il se lance dans une carrière d’auteur-chanteur-slameur, en 2003, c’est en référence aux séquelles de cet accident – mais aussi à sa grande taille (1,94 m) – qu’il prend le nom de scène de Grand Corps Malade.
On connaît l’immense succès qui suit : trois albums plébiscités par le public et la critique, une distinction de Chevalier des Arts et des Lettres, qui récompense la qualité de sa plume, toujours subtile et surprenante. Dans ses chansons pleines de justesse, telles « À l’école de la vie », « Roméo kiffe Juliette », « Éducation nationale », ou encore « Rachid Taxi », l’artiste soulève le voile d’une réalité sociale et politique singulière. Chaque année, certains de ses textes sont proposés au baccalauréat de français.
Dans son livre, où il se fait pour la première fois auteur d’un récit en prose, il raconte, avec humour, dérision et beaucoup d’émotion, les douze mois passés en centre de rééducation et relate les aventures tragiques mais aussi cocasses vécues par lui et ses colocataires d’infortune.

Editions Don Quichotte
Publié en 2012
Format : ePub
168 pages
A propos de l'auteur : ici


Ce roman fait  partie de ceux que je voulais lire depuis longtemps et le Challenge défi 2017 m'a permis de le sortir de ma PAL car il s’intègre totalement dans la rubrique "livre adapté au cinéma cette année".

Grand Corps Malade est un artiste que j'aime énormément, ses textes sont à la fois touchants, bouleversants et tellement poétiques tout en conservant une portée actuelle énorme. De plus la voix de l'artiste est belle, chaude et a une résonance magnifique.
Tout le monde (ou presque) sait que le pseudo du slameur est lié à un accident qu'il a eu dans sa jeunesse : un plongeon dans une piscine pas assez remplie lui a fracturé une vertèbre et  lui a laissé des séquelles physiques. C'est donc cette année dans son centre de rééducation que l'auteur nous invite à découvrir.

Le sujet est très loin d'être drôle et pourtant Fabien (le vrai prénom de l'auteur) nous présente les choses avec des pointes d'humour qui nous font sourire et celles-ci côtoient des moments de terrible souffrance où l'on ressent la douleur et le courage qu'il faut pour garder l'espoir de retrouver une mobilité ou tout simplement une certaine autonomie.

D'une plume vraiment agréable, poétique et tendre, l'auteur nous relate ses mois de souffrance, de doutes, de découragement et nous emmène dans cet univers qu'on souhaite ne jamais connaitre.
Ses contacts avec ses compagnons d'infortune, leurs peurs et leurs espoirs, la vie qui continue malgré tout, la promiscuité, la pudeur bafouée, l'amitié ce sont toutes ces valeurs que Grand Corps Malade nous offre et c'est souvent le cœur serré et la boule au ventre qu'on découvre l'univers de personnes que la vie a brisé et qui se battent pour sortir de cette condition d'assisté.

J'ai vraiment aimé cette lecture car outre l'espoir qu'elle véhicule, jamais on a le sentiment que l'auteur s'apitoie sur son sort et pourtant avoir 20 ans et savoir qu'on ne sera plus jamais comme avant c'est juste l'horreur. Les conditions d'existence, la souffrance pour parvenir à progresser, l'espoir qui certains jours s'amenuise, la solitude et la peur sont le lot quotidien de ces accidentés dont certains savent que jamais ils ne remarcheront tandis que d'autres, comme notre auteur, parviennent à remarcher au prix de souffrances et d'un courage admirable.


C'est un roman qu'il faut découvrir absolument car même s'il traite de sujets difficiles, l'auteur parvient vraiment à nous présenter les choses avec tendresse et humour et à faire passer des émotions énormes et des idées vraiment intéressantes.


2017