mercredi 27 mars 2019

Ce qui ne tue pas - Rachel Abbott





Rivalité féminine, faux-semblants, manipulation et vengeance mortelle… La reine du polar anglais revient en force avec un thriller aussi retors qu’addictif.

Cleo North sait qu’elle devrait se réjouir pour son petit frère Marcus. Pourtant, rien n’y fait, elle ne sent pas du tout sa nouvelle compagne, Evie, et voit d’un très mauvais œil l’influence croissante de la jeune femme sur son frère. Et puis que signifie cette propension à se blesser « accidentellement » sans arrêt ? Une manière d’attirer encore davantage l’attention de Marcus ? Comme si son pauvre frère, cet artiste si talentueux et si vulnérable, n’avait pas été déjà assez éprouvé par le décès de sa première épouse…
Un soir, un appel à la police, deux corps retrouvés dans la somptueuse demeure des North. Celui de Marcus sans vie, celui d’Evie ensanglanté. Un jeu sexuel scabreux ? Une dispute qui aurait mal tourné ?
Derrière les apparences, qui est le bourreau et qui est la victime ? À travers les voix d’Evie et de Cleo, deux visages du défunt émergent.
Pour l’agent Stéphanie King commence l’enquête la plus brutale, la plus ahurissante de sa carrière.

Editions Belfond (Noir)
384 pages 
Format : ePub 
Sortie : 7 Mars 2019
A propos de l'auteur : ici


Je ne connaissais pas du tout l'auteure bien qu'elle ait déjà publié quelques romans qui ont connu un certain succès.
La quatrième de couverture est suffisamment intéressante pour qu'on ait envie de découvrir cette histoire de sombre rivalité et manipulation.
Cléo North est la sœur de Marcus North un célèbre photographe, elle s'est toujours occupé de son petit frère, le maternant et le soutenant sans cesse. Aussi a-t-elle du mal avec les femmes dont il tombe amoureux. Ce fut le cas avec la première femme de Marcus qui a perdu la vie accidentellement mais c'est de nouveau la même chose avec Evie sa nouvelle compagne.
Celle-ci prend de plus en plus l'ascendant sur son frère au grand déplaisir de Cléo. 
Un soir c'est le drame, un appel à la police et dans la maison qu'occupent Marcus et Evie, la police découvre les corps de Marcus et Evie ensanglantés. Si Marcus est mort, Evie est en vie mais terriblement choquée. Elle avoue aussitôt avoir tué son époux mais se défend d'avoir voulu sa mort, révélant les violences de son époux..
Peu à peu le jeu devient plus dur et pervers et les personnages dévoilent des côtés sombres, torturés et il devient difficile de savoir qui manipule qui et pour quelles raisons.

Ce roman se lit très bien, l'auteure parvient vraiment à mener parfaitement son histoire. On cogite beaucoup, on s'interroge énormément, on se questionne pour savoir qui dit la vérité et qui ment.
Le suspense est bien mené et l'histoire se dévore avec gourmandise.
Quelques longueurs mais rien de vraiment rébarbatif.

J'ai vraiment passé un excellent moment avec cette histoire et je remercie NetGalley et les éditions Belfond pour cette lecture.


#CeQuiNeTuePas #NetGalleyFrance




jeudi 21 mars 2019

Challenge nettoyage de printemps 2019

https://i.servimg.com/u/f46/10/07/52/81/captu471.png


Les perce-neige guignent, la neige se fait rare (ouf !!), les rayons de soleil nous réchauffent de plus en plus entre 2 averses... 


Voici enfin le temps du challenge du grand  Nettoyage de printemps ! Mon challenge préféré entre tous ^_^

Qui dit printemps, dit nettoyages et renouveau, ou encore légèreté de l’air, moins d’habits et moins de pages pour nos livres…

En ce printemps, avec Kynicky, nous vous proposons un challenge aérien et qui peut se cumuler avec d’autres challenges bien entendu.

Le principe :
Dégommer de petits livres qui comptent entre 73 et 349 pages. Peu importe que ledit livre soit en format "broché", "poche" ou "ebook".
Les BD, mangas, romans graphiques ou albums ne sont pas acceptés.
Les livres commencés avant le 20 mars ne comptent pas pour ce challenge.
Vos livres peuvent sortir d'où vous voulez (PàL, biblio, chapeau de magicien, volé dans la salle d’attente de votre médecin ou la boîte aux lettres de la voisine….), tant qu'ils comportent le bon nombre de pages.
Si vous vous inscrivez en cours de route, les livres lus avant votre inscription ne comptent pas pour ce challenge
Bien entendu, cela marche sur l'honnêteté et la bonne volonté de chacun(e). A vous de juger si votre livre entre dans la catégorie "printemps". ^_^ 


La durée :
Le challenge débutera le 20 mars 2019 et se terminera le 20 juin 2019 (minuit).

Challenge Hiver 2018-2019 : Les livres lus



  1. L'esprit et les larmes de Gehel
  2. Casse Noisette et le roi des souris de Hoffmann
  3. Icedream d'Anne Loyer
  4. Il y aura du sang sur la neige de Sébastien Lepetit
  5. Crimes et fantômes de Noël de Collectif
  6. Bucoliques de Catherine Messy
Petit score pour ce challenge qui ne m'a pas accrochée.


mercredi 13 mars 2019

Midi-Minuit - Doug Headline et Massimo Semerano





1999. Deux cinéphiles français, François Renard et Christophe Lemaire, passionnés de cinéma bis, s'apprêtent à vivre une belle aventure : se rendre en Italie pour y interviewer le réalisateur Marco Corvo, cinéaste mythique que nul n'a revu depuis vingt-cinq ans, après son dernier film inachevé. D'abord impressionnés par Corvo, les deux Français vont vite se trouver captivés. Au fil de l'interview, qui s'étendra sur plusieurs jours, apparaît le portrait d'un cinéma populaire aujourd'hui disparu : images bariolées et baroques de genres oubliés, péplums, westerns, giallos ou films d'épouvante gothiques... En parallèle, dans leur sillage, débute une série de meurtres sanglants. Toutes les victimes, retrouvées brûlées, étouffées sous des films ou les yeux crevés, sont des critiques de cinéma ayant autrefois vilipendé les films de Corvo.

Editions Dupuis (Aire libre)
176 pages 
Publié le 15 Juin 2018 
A propos des auteurs :


Deux cinéphiles français vont vivre une aventure passionnante et inoubliable car ils vont avoir le privilège absolu d'aller en Italie, interviewer le cinéaste Marco Corvo qui vit reclus depuis 25 ans après avoir laissé une filmographie magnifique et surtout un dernier film inachevé.
Arrivé sur place ils sont reçus par la gouvernante du cinéaste qui leur donne des consignes très strictes : premièrement  monsieur Corvo à une santé fragile, s'il vous demande faire une pause, vous arrêtez l'interview. Deuxièmement si vous sentez qu'il se fatigue, c'est vous qui devez lui proposer d'arrêter. Troisièmement, vous ne devez jamais lui parler de Luisa Diamanti. 
Luisa Diamanti était l'égérie du cinéaste qui ne s'est jamais remis de sa disparition inexpliquée.

Cette BD permet de revisiter le cinéma italien de la grande époque, celle qui a vu les débuts de Sergio Leone et de Dario Argento. 
Avec cette interview nous découvrons tout un pan de l'histoire du cinéma italien avec son cinéma réaliste, ses westerns spaghettis et ses films d'horreur. Tandis que celle-ci avance  nous avons également toute une série de meurtres qui débute avec des victimes qui ont toutes ce point commun d'avoir été des critiques de cinéma qui ont démoli les films du réalisateur.
Qui se venge tant d'années après? Et pourquoi ?

Cette bande dessinée est vraiment merveilleuse, elle possède ce grain de nostalgie qui nous replonge dans l'époque des salles de cinéma de quartier qui passaient souvent un seul film dans la semaine, loin de ces immenses complexes actuels. Elles faisaient partie de la vie d'un quartier, on s'y retrouvait entre amis en famille à l'occasion d'une sortie.

Les auteurs ont de plus un talent monstre pour parvenir à nous faire croire à l'existence de ce metteur en scène, d'autant qu'à la fin du livre on nous propose sa filmographie.

J'ai vraiment beaucoup aimé cette histoire et je vous invite à la découvrir également.


Les visés - Thomas Gosselin et Giacomo Nanni




"Toute cette vie passée sur les routes, à l'horizontale... Il faudra que je meure à la verticale, pour être sûr de voir la différence." Ce récit est inspiré de la véritable histoire de Charles J. Whitman (1941-1966), connu pour avoir perpétré l'un des premiers meurtres de masse aux Etats-Unis : le 1er août 1966, il a ouvert le feu depuis la tour de l'université du Texas, à Austin, faisant 16 morts et 32 blessés. Thomas Gosselin et Giacomo Nanni reconstituent la trajectoire et les derniers jours de cet homme, jusqu'à ce qu'il passe à l'acte.

Editions Cambourakis 
112 pages
Publié le 3 janvier 2018
A propos des auteurs :


Il s'agit d'une BD proposée dans le cadre du prix SNCF 2019. Elle retrace les quelques jours qui ont précédé la première grande tuerie de masse aux USA, celle d'Austin qui a fait 16 morts et 32 blessés. Elle fut l'œuvre de Charles J Whitman.

Dans cette bande dessinée les auteurs nous présentent les quelques jours qui ont précédé cette tuerie, revenant sur le passé du meurtrier et sur sa vie actuelle.
On le voit  vivre auprès de sa femme, acheté l'arme qui tuera toutes ces personnes, monter sur la tour de l'université du Texas et commencer à tirer.

Le graphisme est particulier, pas spécialement beau ni très bien détaillé mais il dégage quelque chose qui donne envie de suivre l'histoire.

Ce drame, cette tuerie qui en précède tant d'autres mets le doigt sur la vente d'armes totalement libre en Amérique et sur les conséquences de celle-ci.

Une bande dessinée très intéressante  qui est comme un coup de poing dans nos estomacs tant l'intensité de ce drame est bien retranscrite.


mardi 12 mars 2019

Il était une fois dans le métro - Karen Merran





Ce que Maya préfère dans son « métro, boulot, dodo » quotidien, c’est le métro. Elle aime observer les gens et imaginer leur vie. Chef de produits capillaires au sein du service marketing de Beauty Corporation, c’est aussi dans le métro qu’elle trouve les idées les plus innovantes. Un matin, à la station Saint-Lazare, elle fait la connaissance de Roger, un SDF qui gagne sa vie dans le métro. Elle décide de l'aider en élaborant une stratégie marketing. L'objectif qu'elle s'est fixée: trouver une idée originale pour que les gens choisissent de lui donner de l’argent à lui plutôt qu'à d'autres.

Editions Michel Lafon
285 pages 
Publié le 4 Juin 2015 
A propos de l'auteur : ici


Le métro, c'est un vaste sujet qui parfois peut servir de lieu de rencontres.
Maya est chef de projet dans le service marketing d'une boite de produits capillaires.
Elle adore regarder les gens et imaginer leur vie,  dans le métro pendant son temps de trajet.
Un soir elle se fait voler son portable. Roger un SDF tente de poursuivre, sans succès, son voleur et c'est ainsi que Maya et Roger se rencontrent. Maya reconnaissante propose à Roger de lui offrir un café.
Se prenant d'amitié pour cet homme qui vit dans la rue et tente de gagner sa vie en vendant un magazine dans le métro, elle décide de lui venir en aide.
Appliquant les méthodes de marketing qu'elle utilise dans son travail, elle va essayer de trouver un moyen pour que Roger puisse gagner mieux sa vie, alors que celui-ci ne lui a rien demandé, ce qui va donner lieu à quelques gags ou bévues.
Le métro va aussi être le lieu de rencontre pour Maya d'un homme sous le charme duquel elle va tomber. Mais cet homme peut-il être celui que son cœur attend depuis très longtemps.

Sous des côtés romantiques et fleur bleue on a un roman qui met le doigt sur pas mal de points de société.
On a ainsi pèle mêle : l'évocation des SDF, ces personnes que la société a jeter à la rue et qu'on ne voit plus, la notion de solidarité mais celle-ci peut-elle être imposée, peut-on essayer de faire le bonheur des gens contre leur propre demande? Y a-t-il une obligation à être en couple à partir d'un certain âge comme les parents de Maya le voudraient pour leur fille?
Sur le plan du travail également, est-il normal de s’écraser quand votre chef se révèle incompétent?
Comme on le voit ce roman aborde beaucoup de points de société mais comme c'est avec beaucoup d'humour ça reste léger et le roman se lit vraiment très bien.
Je me suis régalée à suivre Maya dans ses déboires, ses relations et ses espoirs.


Un roman qui fait passer un bon moment sans prise de tête c'est toujours bon à prendre... alors n'hésitez pas.




lundi 11 mars 2019

Thunder : Quand la menace gronde - David S. Khara





Un magnat russe périt dans l'explosion criminelle d'une raffinerie en Sibérie. Son fils, Ilya Volochin, part en Angleterre vivre chez une grand-mère qu'il ne connaît pas. Dans son nouveau lycée, il rencontre Angela et trois autres adolescents au caractère affirmé. Agressés, ils réussissent à repousser leurs adversaires avant de découvrir qui est le commanditaire de ce guet-apens. Ils comprennent vite que leur réunion n'est pas le fruit du hasard.

Editions Rageot (Thriller)
Publié en 2014
216 pages
A propos de l'auteur : ici


Encore une fois le Challenge Défi me permet de dépoussiérer un roman qui est dans ma PAL depuis trop d'années.
J'aime beaucoup les romans "adultes" de David Khara et j'espérais prendre le même plaisir en lisant le premier tome de son roman estampillé  « jeunesse ». Ce fut heureusement le cas.
Ilya Volochin perd son père, un magnat russe, dans l'explosion criminelle d'une raffinerie.
Héritier de sa fortune, il est envoyé en Angleterre chez sa grand-mère, une vieille dame qu'il ne connait pas.
Son existence change ainsi du jour au lendemain. Il intègre son nouveau lycée et y découvre un univers qu'il ne connait pas, des coutumes différentes et surtout un mode vestimentaire bien particulier.
Il a la chance de se faire des amis très vite. Amis qui comme lui présentent des caractéristiques particulières et des dons surprenants.
Très vite les ennuis vont commencer pour eux.
Pour quelles raisons sont-ils poursuivis?  Qui en veut à leurs vies? C'est tout cela qu'ils devront découvrir et comprendre.

Ce roman se dévore tant l'action est prenante et tellement les personnages sont charismatiques. Ces jeunes "surdoués" sont vraiment passionnants à découvrir et à suivre.
L'intrigue est-elle même passionnante et nous révèle quelques jolies surprises.
L'humour est aussi présent et permet d'alléger certaines situations qui peuvent être pesantes.
L'écriture est fluide et vivante et permet de s'immerger complètement dans l'histoire.
Une bien jolie réussite, dommage que le second tome ne soit pas encore sorti car vraiment on a envie de savoir comment tout cela va finir.
Alors monsieur Khara… la suite c’est pour bientôt ?




jeudi 7 mars 2019

La Femme du Ve - Douglas Kennedy




Quand Harry Ricks se retrouve dans une chambre de bonne du Xème arrondissement de Paris, lui qui quelques mois auparavant était encore professeur d'université et père de famille tranquille aux Etats-Unis, il croit avoir touché le fond. Mais voici que la mystérieuse et sensuelle Margit vient bouleverser sa vie. D'où vient Margit ? Comment gagne-t-elle sa vie ? Dépourvu de réponses, il se laisse envoûter. Jusqu'à ce que d'étranges coïncidences viennent perturber son quotidien.

Editions Pocket
Publié en 2009
Traduit par Bernard Cohen 
409 pages
A propos de l'auteur :ici


Il y a un bon moment que je n'avais plus lu de romans de Douglas Kennedy et j'ai profité du challenge Défi pour sortir celui-ci de ma PAL.
J'avoue avoir lu bien meilleur de cet auteur.
Si le début est intéressant et prenant, la suite m'a laissée dubitative et surtout je l'ai trouvée ennuyeuse
Harry Ricks est un ancien professeur d'université aux USA, il a quitté son pays à la suite d'un scandale dans lequel il était impliqué. Arrivé en France parce qu'il parle français, il ne connait toutefois pas le pays, de nombreuses mésaventures et rencontres vont le conduire à prendre une chambre de bonne dans un quartier "bon marché" de Paris et à travailler comme veilleur de nuit dans un local pour des gens aux activités un peu louches.
D'ennuis en problèmes il va finir par vivre un enfer jusqu'au jour où il va rencontrer Margit, une américaine dont il va devenir l'amant. Qui est-elle? Pourquoi ne peut-elle le recevoir que tous les 3 jours? Cette femme bien mystérieuse va jouer un rôle essentiel dans la vie d'Harry.

Mêlant immigration et fantastique l'auteur nous propose donc un roman qui est difficile à classifier. 
Mon intérêt s'est amenuisé au fur et à mesure que le côté fantastique prenait le dessus.
C'était trop long et pas super passionnant. Certains moments par contre rachetaient l'ennui qui s'était emparé de moi pendant cette lecture.
J'ai quand même réussi à terminer le roman afin de  connaitre la fin de cette histoire.

Roman en demie teinte pour moi mais comme toujours ce n'est que mon humble avis.







mercredi 6 mars 2019

Les jumeaux de Piolenc - Sandrine Destombes





Août 1989. Solène et Raphaël, des jumeaux de onze ans originaires du village de Piolenc, dans le Vaucluse, disparaissent lors de la fête de l'ail. Trois mois plus tard, seul l'un d'eux est retrouvé. Mort. Juin 2018. De nouveaux enfants sont portés disparus à Piolenc. L'histoire recommence, comme en macabre écho aux événements survenus presque trente ans plus tôt, et la psychose s'installe. Le seul espoir de les retrouver vivants, c'est de comprendre enfin ce qui est arrivé à Solène et Raphaël. Au risque de réveiller de terribles souvenirs.

Editions Hugo & cie (Thriller)
398 pages 
Publié le 3 Mai 2018
A  propos de l'auteur : ici



Première rencontre avec l'écriture de Sandrine Destombes que j'avais eu la chance de rencontrer lors des nocturnes littéraires à Cassis l'année dernière.
Première rencontre certes mais pas la dernière c'est sur tellement ce livre m'a impressionnée par sa qualité.
D'une trame classique au départ, Solène et Raphael, des jumeaux de 11 ans disparaissent. Quelques mois plus tard, Solène est retrouvée morte et Raphael a disparu sans laisser de traces.
Presque 30 ans plus tard, à nouveau des enfants disparaissent. L'enquête est confiée au capitaine Fabregas aidé par le gendarme à la retraite Jean Winez qui était en charge de l'enquête sur la disparition des jumeaux. Enquête qui n'a jamais été résolue.
Les nouvelles disparitions entrainent la psychose dans le village de Piolenc, rouvrent des blessures qui avaient eu du mal à fermer, relancent les suspicions...
Pour retrouver les enfants vivants, il n'y a pas d'autres solutions que de comprendre ce qu'il s'est passé en 1989.

Sandrine Destombes parvient vraiment à nous construire une histoire qui tient en haleine de bout en bout. Les indices et les fausses pistes nous convient à nous interroger sans cesse sur les culpabilités éventuelles des uns ou des autres.
Souvent nos idées sont balayées par un nouveau rebondissement et le final est intéressant car plutôt inattendu.
Si certains passages m'ont semblé un peu étonnants il n’y a  rien de trop gênant toutefois. Par contre si j'avais un bémol à donner sur le livre c'est le personnage de Solène qui m'a mise assez mal à l'aise mais je n'en dis pas plus.

Une lecture donc passionnante qui plaira aux amateurs de ce genre de lecture.

Ce roman a obtenu le prix VSD RTL 2018.