mardi 23 septembre 2014

L'embaumeur : Ainsi fut-il de Hervé Sard




Quand Luc est appelé auprès d’un châtelain milliardaire, il s’attend à une mission ordinaire. Il va vite s’apercevoir qu’à la Pilonerie, on meurt un peu trop souvent et d’étrange manière.

Le petit-fils du maître des lieux a été retrouvé écartelé par quatre chevaux, une pancarte portant l’inscription « Ravaillac » glissée autour du cou.
Mort naturelle selon le médecin de famille…

Une enquête où l’embaumeur exprime tout son art, entouré de personnages tous plus extravagants les uns que les autres.



Editions L'Atelier Mosésu
Publié en 2013
 218 pages
A propos de l'auteur : ici




 Nouvelle enquête de Luc Mandoline notre embaumeur préféré, cette fois ci c'est Hervé Sard qui s'y colle avec bonheur.

Dans ce tome, pas de dépaysement exotique comme dans Harpicide qui se déroulait en Guyane mais ceci ne veut pas dire que l'histoire et les personnages ne sont pas hauts en couleur.
Luc Mandoline est appelé dans la région nantaise pour venir s'occuper du corps du petit fils du châtelain qui a été retrouvé mort, démembré et écartelé par 4 chevaux.
La mort est classée naturelle par le médecin de famille, ce qui intrigue sérieusement notre embaumeur.

En se lançant dans cette enquête il va découvrir un monde assez particulier, des secrets de famille qu'on préfère taire et surtout une certaine décadence de cette noblesse de province.
Les personnages sont toujours savoureux, variés, étonnants et diversifiés.
Le langage est imagé, vivant et très agréable à suivre.
J'ai aimé la façon dont Luc Mandoline va de découvertes en découvertes en s’immisçant dans cette famille noble certes mais un peu dégénérée quand même. 
Et j'ai vraiment apprécié la fin de l'histoire et l'épilogue sur la cause de la mort du jeune noble parce que c'est une fin que je n'avais pas imaginée du tout. Elle est imprévisible, étonnante mais en même temps elle sied parfaitement à la trame du récit.

Je n'en ai pas terminé avec l'embaumeur car il me reste deux épisodes dans ma PAL à lire très bientôt.

Merci beaucoup à Sébastien Mousse et aux Editions L'Atelier Mosesu pour cette lecture très agréable.    


Aucun commentaire:

Publier un commentaire