jeudi 31 décembre 2015

Le Visage de Satan - Florent Marotta





Un hurlement. Là, quelque part, qui se répercutait sur les murs poisseux et humides de la pièce. L'endroit ressemblait davantage à une cave avec ses murs bruts et ses parois voûtées. Puis un râle d'agonie s'étouffa, comme si même la mort prenait plaisir à attendre. L'homme pendait comme une vulgaire carcasse de viande accrochée à une esse de boucher. Son visage n'était que souffrance, rictus d'agonie et d'abomination. « Faites que je meure », implora-t-il en silence.

Editions Taurnada
Format : ePub 
Publié le 7 Décembre 2015
384 pages
A propos de l'auteur : ici


Première surprise quand je réceptionne le livre en format numérique, il est personnalisé à mon nom, avec mon adresse mail et mon blog, je trouve cela vraiment génial. Ensuite je trouve la couverture superbe car vraiment intrigante avec ce pentagramme et le visage du diable à l’intérieur. On a juste envie d'ouvrir le roman très vite.

En commençant ce roman on est tout de suite dans le bain, la première scène nous plonge directement dans la torture, la souffrance et la mort.
Puis Florent Marotta nous entraîne dans une histoire mêlant enquête policière et ésotérisme, entre rédemption et vengeance. 
Gino est un ancien policier, ex alcoolique nouvellement sevré qui s'est reconverti en détective privé. Quand Sybille Pech le contacte pour enquêter sur la mort de son mari qu'elle pense être criminelle et non naturelle, Gino hésite à prendre l’enquête. Pour le convaincre elle l’appâte en lui disant qu'elle lui donnera le moyen de retrouver Camarone l'assassin de ses parents en échange de sa collaboration.
A partir de là, on plonge dans un monde glauque à souhait. Il faut dire que nous sommes 10 jours avant la fin du monde qui était prévue le 21 décembre 2012 et que les esprits sont échauffés par la peur et par l'exaltation religieuse. Gino va se trouver confronté à un monde qui côtoie magie noire,  magie blanche, qui invoque le nom de Satan lors de fêtes orgiaques. C'est accompagné par une jeune femme Morgane, initiée à l'ésotérisme que Gino va avancer, aidé en cela par son ancien chef dans la Police avec qui il a encore une relation assez importante et étonnante.

L'intrigue est passionnante et les personnages sont vraiment attachants, particulièrement Gino et Morgane que l'on découvre et apprécie de plus en plus au fil des pages... Gino est un personnage qu’on ne peut qu’apprécier , car il a vécu l’enfer avec l’assassinat de ses parents et de sa sœur, il a lui-même participer au meurtre de l’un des assassins de sa famille, a quitté la police, est devenu alcoolique, a touché le fond de la détresse et tente maintenant de reprendre pied, en arrêtant de boire, en reprenant un travail qu’il sait faire et en espérant encore dans l’avenir. C’est un personnage tout simplement humain comme je les aime avec leurs défauts, leurs doutes mais aussi leurs qualités.
C'est un roman addictif au possible qui nous fait passer par une foule de sentiment, allant du dégoût à la peur, l'angoisse, mais aussi l'espoir.
Très bien écrit, il se dévore d'une traite tellement on est pris dans l'intrigue et tellement on brûle d'envie de connaitre la fin.
A découvrir absolument si vous avez envie d'avoir des bouffées d'angoisse tout en vous régalant de votre lecture. A ne pas mettre toutefois dans les mains de personnes trop sensibles car certains passages font vraiment froid dans le dos... mais pourtant on en redemande.
Il me reste à découvrir le tome qui précède celui-ci «  L’échiquier d'Howard Gray » dans lequel on retrouve le personnage de Gino.


Merci aux Editions Taurmada et à Livraddict pour cette excellente lecture

Partenariat

Aucun commentaire:

Publier un commentaire