samedi 19 octobre 2013

Ce qui reste en forêt - Colin Niel



Un homme a disparu. Aux abords de la station scientifique de Japigny, en pleine forêt amazonienne, les équipes de la gendarmerie sont à sa recherche. Le temps presse. Dans ce milieu hostile, la survie d'un homme seul est une question d'heures. Guidés par des coups réguliers portés sur un arbre, technique de survie enseignée à tout nouvel arrivant, les gendarmes ont la stupeur de découvrir un cadavre. Un cadavre en pleine forêt, dont le légiste ne va pas tarder à découvrir qu'il a les poumons remplis d'eau. Qui a noyé Serge Feuerstein ? Pourquoi avoir traîné son corps jusqu'à ce gouffre dissimulé dans les arbres ? Et qui a guidé les gendarmes jusque-là ? Les orpailleurs dont le chantier clandestin est installé non loin se sont-ils attaqués au chercheur ? La découverte énigmatique en Guyane d'une dépouille d'albatros, oiseau des terres australes, a-t-elle un lien avec la mort du naturaliste ? Le capitaine Anato et le lieutenant Vacaresse sont confrontés à un faisceau d'éléments contradictoires et une nouvelle tragédie ne va pas tarder à compliquer davantage leurs investigations. Sous le choc de la révélation de l'existence d'un frère inconnu, Anato est plus que jamais déchiré entre les conflits d'ordre personnel et les turbulences d'une enquête qui répand le chaos. 
Colin Niel signe un roman prenant, tendu de fausses pistes, dans lequel l'intrigue policière croise le récit d'aventure sur l'un des derniers territoires vierges de la planète.



Editions du Rouergue
Publié en 2013
383 pages
A propos de l'auteur : ici



J'ai selectionné ce roman (parmi plein d'autres)  dans les propositions Babelio-Masse Critique parce qu'il se passait en Guyane, et que j'aime découvrir des livres qui se passent dans des contrées très éloignées que je ne connais pas .
Ce roman est le second écrit par l'auteur, reprenant le personnage du capitaine André Anato.
Tout commence par la disparition d'un scientifique dans la jungle guyanaise  la découverte de son cadavre et l’enquête qui suit. A tout cela s'ajoutent, la vie personnelle des policiers, en particulier Anato , Girbal et Vacaresse , les orpailleurs qui viennent tenter de trouver la fortune leur permettant de repartir riches dans leurs pays, la violence, la drogue, la vengeance et les manipulations.
La survie de la base scientifique de Japigny joue également un très grand rôle dans cette histoire ainsi que les rivalités scientifiques qui ne sont surement pas qu'une invention de l'auteur.
Ce roman est vraiment agréable à lire, tant par l'histoire que par l'écriture.
D'abord nous sommes dans une contrée sauvage, hostile où l'instinct de survie est presque une obligation. Ensuite nous sommes face à des êtres passionnés qui doivent absolument prouver leurs valeurs face au pouvoir de l'argent. Et pour finir nous trouvons des hommes et des femmes ordinaires qui doivent faire face à l'adversité et  à la dure réalité d'une vie sous les tropiques, dans un lieu où l'espoir tient les êtres ou les enfonce.
L'auteur nous embarque vraiment dans son histoire, il nous brouille les pistes, nous distille les éléments de l'enquête petit à petit tout en nous ménageant des contretemps, des imprévus, des retournements de situation. Tout ça rend cette histoire passionnante.
L'écriture est vraiment intéressante, prenante et vivante et sied parfaitement à ce polar.
Seul bémol de ce roman , le lexique qui se trouve en fin de livre et qui oblige à faire des aller-retour sans arrêt pour comprendre les mots inconnus, l'idéal aurait été de mettre les définitions en bas de page...
Du coup, comme j'ai aimé cette histoire et que j'ai découvert qu'il y avait un livre avant celui ci, je n'ai plus qu'une envie c'est me le procurer pour retrouver André Anato dans une autre intrigue et comprendre quelques détails de sa vie privée qui restent un peu abstraits et obscurs quand on a pas lu le précédent roman.

Un grand merci à Babelio-Masse Critique et aux éditions Rouergue noir pour cet excellent moment de lecture.




partenariat

et 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire