lundi 25 février 2019

Les semailles et les moissons, tome 5 : La rencontre - Henri Troyat





À Paris, Élisabeth, divorcée et désormais solitaire, a courageusement accepté un emploi dans un magasin de disques. Les déceptions et les blessures sentimentales s'atténuent peu à peu. Son caractère ardent et sa fierté l'emportent sur son désarroi, malgré la guerre, l'exode et l'Occupation qui plongent le pays dans la tourmente. C'est alors que Boris Danoff apparaît dans sa vie. Est-ce un nouveau départ, un nouveau bonheur ?
C'est au milieu des carillons de la Libération, avec l'espoir retrouvé, que s'achève le grand cycle romanesque des "Semailles et des moissons", dont la "tendre et violente" Élisabeth est la dernière et inoubliable héroïne.

Editions Pocket
Publié en 2005
512 pages
A propos de l'auteur : ici



La saga des Semailles et des moissons a été un véritable bonheur de lecture pour moi dans ma jeunesse et je me suis aperçue que je ne l'avais en fait jamais terminée. Avec la lecture de La rencontre, tome 5 de cette série, je mets un point final à cette lecture passionnante.

Elisabeth a vécu des moments douloureux, elle a divorcé, avorté et a décidé de reprendre sa vie en main en partant à Paris pour y tenir un magasin de disques.
D'amours en déceptions, de moments de découragements en espoirs elle finira par rencontrer celui qui lui donnera le sentiment que la vie vaut la peine d'être vécue malgré les tourmentes et les déceptions.
La guerre lui permettra également de murir et de comprendre quels sont ses véritables désirs.

Encore une fois ce fut un enchantement de lecture, les romans d'Henri Troyat sont terriblement addictifs, tant pas l'intensité de leurs histoires que par la plume de l'auteur qui est incisive et tellement fluide.
L'auteur sait parfaitement mêlé le futile et le douloureux, l'amour et la haine, la peur et le courage, c'est vivant, c'est intense et ça se dévore.
Le personnage d'Elisabeth peut agacer mais en même temps elle est touchante car dans ces périodes troublées de guerre et à cette époque il n'est pas facile d'être une femme seule et libre.
Elisabeth est une héroïne intéressante comme l'était sa mère Amélie dans les premiers tomes de la saga. Ce sont des femmes fortes qui s'imposent dans ces milieux machistes où le rôle des femmes n'est surement pas d'être au premier plan. Elles commettent des erreurs mais jamais ne baissent les bras.

Je suis contente d'avoir pu me replonger dans cette saga que j'avais adorée et de me rendre compte de la qualité du récit et de l'écriture de cet auteur incontournable qu'est Henri Troyat.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire